Transmission de Pyricularia grisea (Herbert) barr par les semences aux plantules de riz au Benin uri icon

abstract

  • La pyriculariose du riz, maladie importante et prévalente dans le département de l’Alibori en République du Bénin, peut en fonction de la zone agro écologique et des systèmes de culture pratiqués, avoir plusieurs sources d’inoculum primaire tels les débris végétaux et les semences. Cette étude montre le rôle que jouent les semences dans les prévalences élevées de pyriculariose observées dans l’Alibori. Neuf différents lots de semences (Irat 127, Gambiaka, Inaris 88, Béris 21, Locale Kodabakou, Adny 11, Locale Souléyorou, Wita 4 et Locale Bagnon) collectés dans les localités de grande production de riz dans le département de l’Alibori ont été testés pour leur degré de contamination par Pyricularia grisea. Parallèlement, les semences de Irat 127, Gambiaka, Inaris 88 et Adny 11 ont été inoculées avec une suspension de P. grisea de concentration 5,5 x 10 5 cFU/mL. Quatorze jours après semis (JAS), l’incidence et la sévérité de P. grisea ont été évaluées toutes les semaines jusqu’à 77 JAS. Tous les lots de semences testés sont contaminés par P. grisea à des taux allant de 4 à 15 %. Les symptômes de P. grisea sont apparus au champ à partir de 14 JAS sur toutes les variétés, et les taux d’infection des plantules à cette date sont fortement et positivement corrélés (R = 0,90 ; P = 0,02) aux taux de contamination des semences. De même l’inoculation artificielle des semences a eu un effet positif significatif (P = 0) sur l’incidence et la sévérité de la pyriculariose. Ces résultats indiquent que les semences contribuent à la transmission de la pyriculariose aux plantules de riz dans les conditions de l’Alibori, et qu’il faut entreprendre des mesures pour leur assainissement afin de réduire les épidémies récurrentes de P. grisea dans ce département.

publication date

  • 2009