2012 Indice de la faim dans le monde, Relever le defi de la faim: Assurer une sécurité alimentaire durable dan un monde sous contraintes en eau, en énergie et en terres uri icon

abstract

  • Selon l'Indice de la faim dans le monde 2012 (GHI), la faim dans le monde a quelque peu diminué depuis 1990 mais reste « grave ». La moyenne mondiale masque des écarts importants entre les régions et les pays. A l'échelle régionale, ce sont l'Asie du Sud et l'Afrique subsaharienne qui obtiennent les scores GHI les plus élevés. L'Asie du Sud a considérablement diminué son score GHI entre 1990 et 1996, notamment en réduisant le nombre d'enfants souffrant d'insuffisance pondérale, mais n'a pas pu maintenir un tel rythme de progrès. Bien que l'Afrique subsaharienne ait accompli moins de progrès que l'Asie du Sud dans les années 1990, elle a rattrapé son retard depuis le début du millénaire ; désormais son score GHI est inférieur à celui de l'Asie du Sud. Entre le GHI de 1990 et celui de 2012, 15 pays ont réduit leur score d'au moins 50%. En termes de progrès absolus, entre les GHI de 1990 et de 2012, les pays qui ont le plus amélioré leur score sont l'Angola, le Bangladesh, l'Ethiopie, le Malawi, le Nicaragua, le Niger et le Vietnam. Vingt pays continuent d'afficher un niveau de faim « extrêmement alarmant » ou « alarmant ». La plupart des pays ayant un score GHI alarmant sont en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud (cependant, le GHI 2012 ne reflète pas la récente crise qui a frappé la Corne de l'Afrique et qui s'est intensifiée en 2011, ni la situation d'insécurité alimentaire au Sahel). Deux des trois pays ayant obtenu un score GHI 2012 extrêmement alarmant, le Burundi et l'Erythrée, se situent en Afrique subsaharienne ; le troisième pays concerné est Haïti. Le score GHI d'Haïti a chuté d'environ 25% entre 1990 et 2001, mais cette amélioration a connu un revers dans les années postérieures. Bien que le séisme dévastateur de janvier 2010 ne soit pas entièrement reflété dans le GHI 2012 à cause d'un manque de données récentes, il a replongé Haïti dans la catégorie « extrêmement alarmant ». Contrairement aux dernières années, la République démocratique du Congo n'est pas classée dans la catégorie « extrêmement alarmant ». Cela est dû à des données insuffisantes pour calculer le score GHI du pays. Il est urgent de disposer de données actualisées et fiables afin d'évaluer la situation du pays

publication date

  • 2012